• Facebook - Grey Circle

Prenons contact sur Facebook

UNE CLEF POUR SACHA

Comédie 

pour 1 femme et 2 hommes

Résumé :

Par dérogation divine, Sacha Guitry est de retour sur terre, afin d’acheter, puis de retravailler, le texte de ce qui reste aujourd’hui son seul réel échec.

 

Il se retrouve chez Stanislas, jeune metteur en scène intransigeant en crise conjugale féroce avec Jeanne, comédienne, pétulante et passionnée.

 

Sacha Guitry entreprend alors de rabibocher ce couple attachant qui lui rappelle son existence passée ; et de parfaire l’éducation théâtrale de ce jeune metteur en scène aux idées trop bien arrêtées.

Note d'intention :

Sacha Guitry est éternel.

 

Il s'est imposé comme le grand homme du théâtre français de la première partie du siècle dernier, réunissant alors derrière lui zélateurs et détracteurs, témoignage évident d'un génie que peu conteste aujourd'hui.

Guitry s’est rapidement imposé comme un classique du théâtre français, et son nom décidément très à la mode n'a quasiment jamais quitté l'affiche depuis sa toute première pièce. Même depuis sa mort, il y a un peu plus de 50 ans.

 

Nous ne sommes pas les premiers à entreprendre un travail s’appuyant sur la personnalité d’un monstre sacré. Notre démarche cependant se présente essentiellement sous un aspect ludique.

 

Si notre texte multiplie les références à la vie et à l’œuvre de Sacha Guitry, où chacun saura ouvrir les tiroirs de son choix, nous avons pris soin qu’un spectateur novice puisse aussi y trouver son compte. En assistant simplement à une comédie avec sa part de magie. Un spectacle reposant sur une histoire accessible à tous. Et une réflexion sur la création théâtrale.

 

D’ailleurs, plutôt que d’envisager notre « Guitry » comme une pâle imitation, un sosie que personne aujourd’hui ne saurait vraiment reconnaître- ce qui limiterait considérablement l’intérêt du projet -, nous avons préféré habiller d’un voile de mystère cette figure quasi tutélaire. Le nom seul de Guitry nous renvoie à un pan de notre mémoire commune et véhicule derrière lui toute une imagerie populaire.

 

Le titre lui-même « Une clef pour Sacha » est un clin d’œil, certes, au texte auquel on se réfère durant toute notre pièce « la Clef  » donc, mais aussi à l’ambition qui est la notre, à savoir, rendre un hommage sincère et léger à un auteur important que nous apprécions mais certainement pas de réaliser un plagiat ni encore moins une thèse sur son théâtre.

 

En tant qu’auteurs désireux de construire notre propre parcours créatif, si nous avions suivi la logique actuelle, nous aurions pu créer une sorte de patchwork avec différents textes de Guitry pour les assembler en une histoire plus ou moins originale. Il est vrai que la langue de Sacha en eut été forcément mieux servie puisque par elle-même, mais quid de son esprit ?

 

« Une clef pour Sacha » est une fantaisie théâtrale, un texte original qui a sa vie propre, qui assume ses choix et ses mots, dans un souci partagé de contraintes (car conçu à la manière de…) et de liberté (la fiction est totale, irréaliste).

 

A ce titre, Guitry est avant tout synonyme de liberté. Lorsqu'on lit son œuvre, cette évidence nous saute aux yeux. Dans son écriture, Sacha Guitry ne s'est jamais occupé des règles dramatiques, des règles du récit qui existaient à son époque et encore moins des "conseils" que lui donnaient amis et critiques. Ses personnages respirent cette liberté. N'oublions pas qu'il écrivait à une époque où une femme honnête se mariait vierge (et le théâtre de Pagnol en témoigne).

 

On a souvent taxé Guitry d’être misogyne. Certes. Mais si on étudie ce qu’il dit dans son théâtre de la femme qui trompe son compagnon, on constate qu'elle y est traitée avec la même clémence que l'homme qui agit à l’identique. Chez Guitry, les gens vivent ensemble sans être mariés et c'est tellement normal que cette originalité pour l'époque n'est même pas soulevée.

 

Guitry est un homme moderne, un homme profondément de notre époque.

Enfin, lui-même nous a donné l'exemple, n'a-t-il pas fait revivre sur scène Pasteur, Courteline, Henri Monnier, Beaumarchais et Deburau? Ne devait-il pas s'attendre un jour à recevoir le même hommage ? Avec toute l’humilité requise…

 

Bernard FRIPIAT & Grégoire AUBERT

 

 

« Parmi les personnes qui aiment à se poser des problèmes insolubles, il en est qui se demandent volontiers si certains hommes de génie, longtemps après leur mort, ne reviennent pas sur terre… L’expérience acquise lors de leur premier passage sur la terre leur sera profitable le jour où ils reviendront. »

Sacha Guitry - « L’esprit » 

Presse :

Photos :